Les 5 langages de l'amour : les secrets de la communication affective

Le langage amoureux

 

Beaucoup de personnes autour de moi (des amis comme des clients du cabinet !) me disent que leur partenaire / leur famille / leurs amis ne les aime pas, ou plus. Qu'ils n'en voient pas les signes. Qu'ils donnent, sans jamais recevoir. Réalité, ou problème de communication dans la relation ?

En creusant, on se rend compte que, souvent, il s'agit juste d'un décalage entre vos attentes et la façon dont l'Autre vous manifeste son attachement. Pourquoi ? Parce que le langage affectif, que ce soit dans le couple ou envers vos proches, est multiple. On peut en fait classer les marques d'affection en 5 catégories différentes, 5 langages à part entière. Et quand on ne parle pas le même langage, on en arrive à une incompréhension et à un cercle vicieux... Au final, plus personne ne fait d'effort, plus persone ne "parle", les réservoirs émotionnels se vident, la distance se creuse, avec potentiellement une rupture à la clé.

Les 5 langages de l'amour (et, par extension, de toute forme d'affection)

  1. Les paroles valorisantes.
    Il s'agit bien-sûr des compliments (que vous pouvez faire aussi bien sur le physique que sur la personnalité, les actions, les initiatives de la personne), et de l'expression de vos émotions et sentiments à son égard : « tes yeux sont magnifiques », « ce pantalon te met en valeur », « je me régale avec ce plat », « J’apprécie vraiment cette initiative », « j’aime quand tu… », « je suis reconnaissant(e) quand tu… », « je t'aime », « tu me manques », « ton amitié m'est précieuse », etc.
    C'est aussi encourager l'autre, c’est lui insuffler du courage car on manque tous de confiance et cela permet de l’aider à devenir meilleur : « je suis sûre(e) que tu réussiras. Car lorsque tu as décidé d’entreprendre quelque chose, tu vas toujours jusqu’au bout. C’est une qualité que j’apprécie chez toi. », « si tu veux te lancer dans cette démarche, je t’épaulerai », « je suis à tes côtés, comment puis-je t’aider ? », « je suis fier(e) de toi, tu as su atteindre cet objectif malgré tes doutes », etc.
    Savoir s'excuser et demander pardon entre aussi dans cette catégorie, car cela montre que l'on est sensible aux besoins de l'autre, à sa sensibilité, à ce qu'il a pu ressentir.
  2. Les moments de qualité.
    Ce sont des moments de partage, où on accorde à l'autre une attention totale. Ce n’est pas s’asseoir à côté de lui pour regarder la télé ou être scotché sur son téléphone portable ou sur sa tablette. C’est le/la regarder, lui parler, l'écouter, se promener à deux, aller danser ou au restaurant… Bref, lui consacrer du temps pour faire des choses qui lui plaisent ou dont il/elle a besoin. C'est encore plus marquant si les activités en question ne vous plaisent pas forcément à vous, mais que vous le faites pour lui faire plaisir et passer du temps ensemble.
  3. Les cadeaux.
    Un cadeau, c'est quelque chose (achetée, trouvée ou confectionnée) que nous pouvons tenir dans la main en nous disant : « il/elle a pensé à moi ». Un petit mot, une fleur des champs, peuvent avoir autant de valeur qu'un resto 4 étoiles. Ce qui compte, c'est le fait d’avoir pensé à l'autre : c’est la pensée exprimée par le geste qui est l’expression de l’affection, c’est un signe extérieur et visible du lien intérieur et spirituel / émotionnel.
    Mais quand on fait un cadeau, il ne faut pas oublier qu'il est destiné à cette personne-là en particulier, il faut donc savoir se mettre à sa place, trouver ce qui LUI fera plaisir, pas ce que vous aimeriez vous-même recevoir !
  4. Les services rendus.
    Ce sont toutes les aides et assistances qui exigent de la réflexion, de l’organisation, du temps, de l’effort et de l’énergie. Vous vous efforcez de lui être agréable en lui rendant service (surtout si la tâche en question n'est pas très agréable pour vous). Quand ces services sont accomplis dans un esprit positif, sans culpabilité et sans pression (c'est-à-dire, s'ils ne sont pas issus d'une contrainte de l'autre, par la peur, le chantage affectif ou la menace de représailles...), ils sont d’authentiques expressions d’affection. Ce langage est d'autant plus puissant si vous parvenez à dépasser les stéréotypes et les clichés sur les rôles spécifiques des hommes et des femmes !
  5. Le toucher physique.
    Les baisers, les enlacements, les relations sexuelles sont autant de façons de faire ressentir à notre partenaire qu’il est aimé. Mais on peut aussi utiliser le toucher comme marque d'affection en dehors du couple et de toute connotation sensuelle ou sexuelle : une simple main posée sur celle de l’autre dans un moment de tristesse permet d'établir le contact, de montrer physiquement votre soutien et votre présence à ses côtés. Attention toutefois, le contact physique doit toujours respecter la limite de l’autre : “le corps est fait pour être touché et non pas abusé”. De même, un geste de tendresse pour l'un (par exemple, ébouriffer les cheveux de son enfant) peut être très agaçant pour l'autre !

Parlez-vous le même langage ?

Chaque personne est plus ou moins sensible à chacun de ces langages, et communiquera instinctivement sur ce registre. Si j'aime qu'on me fasse des compliments, j'en ferai spontanément aux autres car je pense leur faire plaisir. Si, à l'inverse, les cadeaux me touchent peu, je ne verrai pas forcément l'intérêt d'en faire aux autres.

Le problème survient quand vous partez du principe que votre "classement" personnel des 5 langages est le même pour l'autre... Ce qui souvent n'est pas le cas. Vous parlez italien, l'autre vous répond en chinois... et vous ne comprenez pas pourquoi l'autre ne trouve pas normal, ne fait pas l'effort de vous parler italien... Une langue qu'il n'a peut-être jamais entendue, apprise, dont il n'a peut être même pas conscience, et qu'il ne maîtrise peut-être pas ! Vous attendez qu'il/elle passe du temps avec vous, et vous ne voyez pas que vous êtes la seule personne qu'il/elle étreint de manière intime et spontanée.  Vous attendez un cadeau et un resto pour votre anniversaire (ce qu'il/elle oublie tous les ans), et vous ne voyez pas que l'autre prend en charge la moitié du ménage, alors qu'on l'a éduqué bien différemment...

Même au sein d'un même langage, il peut y avoir un décalage de perception : pour un cadeau par exemple, une personne qui a tendance à s'investir personnellement pour les autres aura envie de réaliser un cadeau fait-main, avec attention, application, et beaucoup d'amour passé à créer cet objet de façon à ce qu'il réponde au besoin du receveur ; alors que la personne qui le reçoit, si elle est plus sensible à la valeur monétaire du cadeau, sera déçue et pensera que le cadeau a peu de valeur, et que le donneur a donc bien peu de considération pour elle...

Ces différences dans la perception et l'expression des langages affectifs sont généralement issues de notre enfance, en lien avec le comportement de nos parents : si vos parents ne sont pas tactiles, il y a de grandes chances que vous ne le soyez pas non plus. Votre sensibilité aux différents langages est aussi influencé par votre expérience de vie, vos Valeurs, vos croyances, votre personnalité profonde, vos besoins et vos envies. Si vous manquez de confiance en vous, vous serez sensible aux compliments qui viendront vous rassurer. Si vos parents vous ont couverts de cadeaux mais n'étaient pas très présents, et que vous en avez souffert, vous avez peut-être mis en place le schéma inverse, méprisant les cadeaux "faciles" et recherchant plutôt les marques d'amour dans les services rendus, les moments de qualité...

Il est donc important de ne pas projeter notre fonctionnement et nos ressentis sur l'autre, et au contraire d'apprendre à le connaître dans son propre fonctionnement, ses valeurs, ses besoins, pour pouvoir lui donner ce dont il a besoin (et non ce que vous avez appris à donner, ce dont vous, vous avez besoin, ce qui vous ferait envie à vous).  Il faut aussi savoir le guider pour lui apprendre votre propre langage. Cela passe par de l'observation, du recul, de l'empathie, et beaucoup de communication bienvieillante. Oubliez les reproches qui ne sont que l'expression de votre insatisfaction : plutôt que de dire « tu ne passes jamais de temps avec moi », préférez quelque chose du style « je sais que tu sors les poubelles pour me rendre service... » (vous reconnaissez l'expression de son affection) « ...mais ce soir, je préfèrerais que tu passes ce temps-là avec moi, juste 5 minutes dans tes bras, car j'ai besoin de réconfort » (vous exprimez votre besoin).

Surtout, ne soyez pas dans l'attente, n'espérez pas que l'autre devine vos besoins, vos envies, cela ne peut être source que de déception et de rancoeur. Ce langage qui vous est propre, l'autre peut l'apprendre, mais il évolue aussi finement en fonction de vos humeurs, de ce que vous vivez au moment présent. Sachez demander, suggérer sans imposer, en respectant que l'autre a lui aussi ses journées difficiles, ses expériences, et ne sera pas toujours en mesure de répondre à ces besoins. Préoccupé par ses propres soucis, l'autre sera plus ou moins dans l'empathie, et ne saura pas toujours deviner. Il tombera à côté. Il oubliera. Même si vous exprimez gentiment votre besoin, il/elle n'aura pas toujours le courage d'y répondre positivement. Mais c'est pareil pour vous ! Cette liberté que vous lui accordez, vous vous l'offrez à vous-même.

Je finirai sur une note d'espoir. Même si la relation s'est distendue, même si les malentendus se sont installés... Si l'affection est toujours présente, il n'est jamais trop tard. Ré-apprenez à vous parler, à vous décoder mutuellement, à vous exprimer dans le langage d’amour qui parle le plus à la personne à qui vous tenez tant... Quand même. Finalement...

Amour... ou simple considération ?

Petit rajout de dernière minute, pour une précision qui me semble importante. Cet article est inspiré par le livre de Gary Chapman - Les 5 langages de l'Amour - qui est basé principalement sur la relation de couple. Ici, j'ai voulu mettre en évidence que ces langages sont fondamentalement ceux de l'Amour Universel, de l'Amour Inconditionnel, champ beaucoup plus vaste qui inclut les relations familiales (au sens large) et amicales, mais aussi pour les personnes un tant soit peu tournées vers les autres, l'Amour de son prochain, dans son implication la plus vaste, de respect de l'autre et de l'attention bienveillante que vous pouvez avoir pour n'importe quelle personne que vous croisez, sans aucun lien avec la sexualité. La sexualité peut être une expression de l'Amour, mais ce n'est pas toujours le cas, et à l'inverse l'Amour n'est pas synonyme de désir physique !

Aussi, ne tirez pas de conclusion trop hâtive si quelqu'un vous consacre du temps, de l'écoute, un geste réconfortant, une marque de sympathie. Je suis consciente que ces marques de considération se perdent dans une société de plus en plus individualiste, et qu'il est facile de se tromper sur les intentions d'une personne bienveillante et ouverte aux autres. Mais non, le toucher n'est pas forcément un préliminaire sensuel, une parole gentille ne veut pas dire que vous "avez vos chances"... Cela signifie simplement que la personne en face de vous vous voit, vous apprécie, vous respecte, et qu'elle a envie de vous rendre la vie plus agréable.